New-York, New-York ! ∞ People who want !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexia Fernandès
avatar
« Grecque »
Messages : 3526
Humeur : D'enfers.

MessageSujet: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Ven 7 Mar - 21:33


New-York City, the place where your dreams come true.
Maybe You ?

Okey, il faut bien l'admettre, par les temps qui court, il était totalement imprudent de se promener dans les rues de New-York. Alexia aurait du rester caché à la colonie des Sang-Mêlé à craindre le retour de «Je-Ne-Sais-Pas-Trop-Qui-Qui-Va-Surement-Nous-Masacrer-La-Tête», comme elle se disait dans son coin. Mais voilà. Alexia avait connu la guerre contre Cronos, la guerre contre Gaïa et toutes ses histoires de guerres lui avaient tellement cassé le moral qu'elle avait décidé de souffler un peu. Tant pis si les romains avaient perdu leurs ombres, tant pis si le monde allait leur tomber sur la tête, tant pis si il lui restait que deux ou trois jours à vivre, même si il lui restait une minute, Alexia avait décidé de vivre.

Parfois, Alexia repensait même très sérieusement à Bianca et aux chasseresses d'Artemis. Elle aurait tant aimé les rejoindre. Sa vie aurait été tellement plus simple... Pourtant, elle aimait Eric, sincèrement. Il faut juste dire qu'Alexia en avait plus qu'assez de tout ça. Elle en venait même à croire que se battre pour les dieux n'étaient pas se battre pour la bonne cause... Enfin, non, pas vraiment. Il y avait deux dieux qu'Alexia pensait encore bon. Hadès, son père et Artemis, la déesse de la Lune. Allez savoir pourquoi. Surement qu'Alexia se sentait mieux dans le royaume de son père et dans l'obscurité de la nuit.

N'empêche que la voilà, dans la rue, à se promener gaiement, comme elle n'avait plus était depuis presque des années lumières auparavant. Chantant des chansons populaires, courant d'un magasin à l'autre, la jeune fille passa toute la matinée toute seule, jusqu'à s'assoir à la table d'un café. Bien sur, Alexia ne s'attendait pas vraiment à une visite où autre chose, mais voilà, elle était là. Tranquillement, gentillement, bien que dégageant une forte aura qui pouvait attirer les monstres à des kilomètres et surtout qui auraient pu faire fuir n'importe qui d'assez raisonnable pour comprendre qu'elle irradiait la mort à l'état le plus pur qu'il puisse être. N'importe quel mortel, mais pas ceux qu'elle connaissait hein.

© EKKINOX



 
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc D. Howell
avatar
« Grec »
Messages : 76

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Sam 8 Mar - 2:30


New-York, New-York ! ∞ People who want !



Il devait être aux alentours de 12 heures peut être 13, Loïc marchait sans vraiment savoir où il se dirigeait encore une fois. Il avait fuis le camp comme souvent d'ailleurs, il avait besoin de se retrouver, d'essayer de ne plus penser aux autres qui commencent vraiment à lui taper sur le système depuis quelque temps. Il ne savait pas pourquoi il ne les supportait pas, c'était purement physique enfin c'est ce qu'il imaginait.

Il avait donc laissé le bungalow d'Aphrodite et tous ses occupants. Sa mère déesse de l'amour une ironie dès le premier jour, lui qui n'a jamais vraiment connu l'amour, qui n'aime pas vraiment beaucoup de monde, qui cherche souvent à ce battre. Peut être avait-il hérité de la seule beauté de sa mère. En tout cas il ne se sentait pas comme un fils d'Aphrodite, il se sentait comme quelqu'un de normal, comme quelqu'un qui n'avait pas de pouvoir bizarre de monstres collé au cul chaque fois qu'il sortait du camp. Il voulait simplement oublier ce stupide camp de sang-mêlées et tous ceux qui s'y trouvent. Il continua donc sa marche dans les avenues de la grosse pommes. Le sol était glissant, cette année il avait beaucoup neigé sur la grande ville, le sol était humide, parfois gelé et de nombreux accident se produisait, par chance lui n'avait jamais eux se malheur. Il regardait donc les gens se lourder lamentablement sur ce sol enneigé.

Au départ il avait prévu de faire les magasins, dévaliser les magasins plutôt et ceux même s'il ne savait pas où il allait, d'habitude il les faisait avec ses pseudos frères et sœurs quand la colonie donnait son accord mais aujourd'hui il n'avait point envie de leur demander de venir et de les entendre piailler comme des poules. Des phrases stupides dignes des plus cruche des femmes. La suite de son programme était de trouver un pigeon dans une des boites de la ville qui voudrait bien lui payer son entrée ainsi que prouver qu'il était majeur ayant oublié sa carte de pseudo identité au camp.

Il toucha sa ceinture et remarqua qu'il n'avait pas oublié que sa carte, son glaive était aussi manquant. Il n'avait plus qu'à prier pour qu'un monstre ne le repère pas à travers cette foule, sinon bonjour les dégâts et problème car les êtres humains avaient beau être stupide, quand un monstre invisible de deux tonnes vous bousculent tout en défonçant le pare choc de voiture, ils le remarquent vite.

Une soudaine envie de café lui vint, l'odeur alléchante provenant d'un coffee shop de l'autre coté de la rue ne pue le retenir une seconde de plus. Il traversa la route tout en prenant le temps de ne pas se faire écraser, après avoir survécu à deux guerres il ne manquerait plus que cela pour combler ses désir, mourir défoncé par une bagnole ou un autobus.

La boutique grouillait de monde qui se piétinait pour avoir au moins une place assise pour pouvoir boire tranquillement leur café, thé, chocolat ou autre boisson que proposer ce magasin. Loïc prit vite la décision de quitter ce lieu oppressant. Un café en boite et c'était plié.

Reprenant la direction de Time Square il percuta en sortant une jeune femme, il ne sorti aucune excuse bien au contraire :

-Non mais sérieux tu peux pas regarder où tu vas nan. Il se stoppa net quand il cru reconnaître la demoiselle, l l'avait vu un jour à la colonie, elle sortait d'un des Bungalow dont le nom lui échappa, probablement pas très important à retenir aussi.  Il l'observa furtivement cheveux brun, les yeux marrons, une tenue assez sombre. Elle avait l'air tout droit sortie des enfers à vraie dire. Une fille des enfers.

-Cool une fille d’Hadès. Un sourire sur son visage se dessina, il avait beau ne pas supportait certains demi-dieu, les Hades étaient probablement ceux qu'il appréciait le plus, fourbe, méchant, narcissique sur les bords, d'une rare violence, un mélange peu commun et pourtant si explosif.

.

Je me corrige demain promis Very Happy

©️ Great Thief
 
Voir le profil de l'utilisateur
Alexia Fernandès
avatar
« Grecque »
Messages : 3526
Humeur : D'enfers.

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Sam 8 Mar - 9:21


New-York City, the place where your dreams come true.
Maybe You ?

Bien que toujours souriante et résolue à garder son optimiste légendaire, Alexia n’en restait pas moins une fille d’Hadès. Personne ne peut défier un enfant d’Hadès sans s’en mordre les doigts. Bien sur, on les prend beaucoup moins au sérieux que les enfants de Zeus ou Poséidon, mais faut pas croire, ils sont au moins aussi fort et puissant. Et surtout, avec encore plus de répondant. Par exemple, si tu parles mal à Percy Jackson, tu t’excuse et c’est bon, si tu parles mal à Thalia Grace, elle te gueule un peu dessus, mais après t’être excuser, c’est bon. Mais si tu parles mal à Alexia Fernandès… Hum Tu as intérêt à aimer la décoration style Hadès qu’on retrouve dans quasiment tout les souterrains qui mène au royaume de son père.

Alors quand un jeune homme – qu’elle ne connaissait pas ou peut-être juste de vu – lui fonça dedans et qu’il ne prit même pas là peine de s’excuser, la demi-déesse prit sur elle et ça lui demanda beaucoup de ne pas lui arracher la tête. Alexia essayait de devenir pacifiste pour profiter de la vie, après tout, commencer avec un meurtre, c’était le top. Alors sourit et avec le plus de classe dont elle savait faire preuve, elle s’appliqua à tuer son interlocuteur un milliard de fois mentalement.

« _ Tu devrai surveiller ton langage, il y a certaine personne qui ne tolèrerait pas que tu t’adresse comme ça à eux. »

Voyant le jeune homme la scruter, la petite Fernandès en fit de même. Son visage lui était vaguement familier. Comment avait-il fait pour la reconnaître alors qu’elle n’était même pas capable de savoir de quel Olympien il était l’enfant. Peut-être était-ce romain, après tout. Non, non. Il n’aura pas dit « Hadès » il aurait dit Pluton. Une fois, Alexia avait rencontré les dieux de l’Olympe en personne. Il était tous présent, même Hadès, et pour qu’Hadès soit présent… Enfin bon, c’était une réunion stratégique pour parler de guerre, en même temps. Mentalement, Alexia passa en revu tout les dieux qu’elle avait eu la chance – ou plutôt le malheur, en générale – de voir. Héphaïstos ? Non ! Arès ? Non plus. Apollon ? Surement pas ! Peut-être que…

« _ Tu es un enfant d’Aphrodite, c’est ça ? »

En temps normal, Alexia n’aimait pas, mais vraiment pas du tout les enfants d’Aphrodite. Elle avait une vie amoureuse tellement… Pitoyable ! Okey, la rancune était le défaut fatal des enfants d’Hadès / Pluton, et il fallait à tout prit qu’elle s’en défasse. Okey, ce n’était pas bien d’en vouloir aux enfants de ce que leurs parents font, elle était la mieux placée pour le savoir. Mais par Hadès ! Qu’est-ce qu’elle aimerait détruire certain d’entre eux ! C’est leur caractère, elle ne peut pas les saquer, toujours à courir à droit à gauche en voulant répandre de « l’amour ». Pffff ! Des belles têtes à claques surtout !

« _ Laisse moi te dire que ta mère est une trainée et qu’elle me payera ce qu’elle m’a fait – à moi, mon frère et ma sœur – et que tes frères et sœurs sont tous des têtes à claque. Mais toi, je sais pas, j’ai l’impression que t’es pas un idiot du style à courir dans les fleurs en disant : faite l’amour pas la guerre ! Alors, tu veux venir prendre un café ? Puis en plus, je pense que si tu te fais attaquer, seul et sans arme, tu ne vas pas faire long feu. Par contre, si ton côté Aphrodite ressort et que tu essayes de me caser ou de m’enjôler, je te jure que je casse les deux jambes. »

© EKKINOX



 
Voir le profil de l'utilisateur
Euphoria D. Blackwood
avatar
« Grecque »
Messages : 129
Humeur : I'm sure you don't want to know.

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Sam 8 Mar - 15:57


There is something in the New York air that makes sleep useless.
Anybodyyyyy ♪

New-York. Euphoria se retrouvait à nouveau dans cette ville de malheur. En plein milieu de la journée en plus, avec pleins de touristes, bruyants, insouciants, râleurs et jem'enfoutistes. Elle avait beau être née à Chicago, ville on ne peut plus grande et peuplée, elle ne se ferait jamais à New-York. Les taxis jaunes et tout. Nan, très peu pour elle. Elle avait connue par le passé les futurs leaders de la bourgeoisie New-Yorkaise par le biais de sa mère mais comme la fille de Thanatos était toujours aujourd'hui recherchée par les sbires de sa famille et tout un tas de mercenaires, elle allait éviter de reprendre contact avec eux même si certains lui ouvriraient leurs portes sans problèmes. Elle allait donc devoir rester sur ses gardes toute la journée pour prévenir l'éventuelle présence de Monstres, Mercenaires ou Mafieux de toutes sortes ou les 3M comme elle aimait les appeler. Elle n'était pas venue ici pour se retrouver avec une armée de mafieux aux fesses.

En effet, elle venait voir Alexia sa colocataire dans le Bungalow d'Hadès à la colonie. Celle-ci lui avait laissé un petit message sur sa commode. Je vais à NY avait-elle tout simplement marqué. M'ouais. Ce petit message avait fait grogner une Euphoria pas très réveillée de sa petite sieste matinale. Elle avait envie de voir Alexia et c'est pourquoi elle avait fini par venir, bien malgré elle.

Le problème allait maintenant être de la retrouver. Ayant voyagé par les ombres, elle arriva en plein milieu de Central Park, sous un arbre. Après avoir jeté un rapide coup d’œil alentour pour voir si sa présence avait été remarquée, elle sortie de l'ombre et se dirigea vers la ville en elle-même. Soho. Time Square. La 5ème Avenue. La jeune fille, pas très patiente et qui plus est, ralentie par le poids des armes qu'elle portait toujours sur elle, faillit laisser tomber. Mais refusant tout échec, elle tourna à nouveau la tête afin de retrouver de son regard perçant la jeune fille aux cheveux bruns. Et tadadi tadada, elle la trouva.

Elle entreprit d'aller retrouver Alexia jusqu'à ce qu'elle aperçoive que son amie n'était pas toute seule. Enfin, elle venait de la voir se faire bousculer par un jeune homme et entamer une discussion. Donc disons qu'elle était seule face à quelqu'un quoi. La tête du jeune homme disait vaguement quelque chose à la fille du Dieu de la mort mais elle n'arriva pas à le mettre dans une case. C'était un Demi-Dieu. Apparemment inconscient vu qu'il ne portait aucune arme. Romain ? Grec ? A vrai dire, elle s'en fichait royalement c'est pourquoi elle continua de marcher, un petit regard suffisant toujours en place sur le visage. Arrivant à proximité de la fille d'Hadès elle entendit qu'elle était en train de proposer au jeune homme d'aller prendre un café. Elle se plaça juste derrière Alexia et s'incrusta dans la conversation sans prendre la peine de se présenter au jeune inconnu.

«-J'suis partante si c'est toi qui offre. Au fait, la prochaine fois sois un peu plus vague parce que : "Je vais à New-York" c'est un peu trop précis et je te dis pas ça parce que je viens de passer toute la matinée à te chercher. Non non.»

Euphoria n'était pas sarcastique. Non. C'était la reine du sarcasme.

© EKKINOX



Euphoria D. Blackwood
We are not scared of falling. We are scared to hit the ground.© Joy
 
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc D. Howell
avatar
« Grec »
Messages : 76

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Dim 9 Mar - 1:39


New-York, New-York ! ∞ People who want !




Il ne comprenait pas pourquoi une fille d'Hadés pouvait lui faire une réflexion aussi ridicule, les enfants du dieu des morts sont probablement les plus irrespectueux et les plus méchants. Et même si cela ne le dérangeait pas d'habitude il trouvait que la jeune demoiselle n'avait en rien le droit de lui faire une telle remarque. Qu'on balaye devant sa porte avant de parler.

Puis ensuite comment avait-elle pu deviner qu'il était un enfant de la chère Aphrodite, rien ne faisait paraître sur lui quelque chose qui aurait pu le distinguer. Il ne désirait pas vraiment non plus être associé à tous ses enfants narcissiques, impétueux qui n'ont aucune audace et ne désire que se faire beau ou parler d'amour et de joie. Quelque chose de répugnant en soit, surtout que le monde des bisounours c'est pas sur cette terre.  
La demoiselle se tenait toujours droite devant lui et après un moment de réflexions elle rajouta :

« _ Laisse moi te dire que ta mère est une traînée et qu’elle me payera ce qu’elle m’a fait – à moi, mon frère et ma sœur – et que tes frères et sœurs sont tous des têtes à claque. Mais toi, je sais pas, j’ai l’impression que t’es pas un idiot du style à courir dans les fleurs en disant : faite l’amour pas la guerre ! Alors, tu veux venir prendre un café ? Puis en plus, je pense que si tu te fais attaquer, seul et sans arme, tu ne vas pas faire long feu. Par contre, si ton côté Aphrodite ressort et que tu essayes de me caser ou de m’enjôler, je te jure que je casse les deux jambes. »

Enfin quelqu'un qui le comprenait, sa mère était une traînée il lui accordait, elle les avait tous abandonné et courait tous les mecs de cette planète qui était un minimum riche, sur notre monde on aurait même appelé cela une prostitué enfin bref. Après il pensait que les demi-dieu de la colonie se faisait un énorme stéréotype des Aphrodites, certes il y en a qui étaient vraiment kitch, menant à bien leur rôle d'enfant d'Aphrodite mais beaucoup ne sont pas comme ça, lui le premier, il était plutôt impulsif et violent, alors courir dans les fleurs et dire ''faite l'amour pas la guerre'' n'était pas vraiment son genre de truc.

Loïc fit mine de réfléchir, il tenait toujours son gobelet à moitié vide, le liquide qui se trouvait autrefois dedans avait coulé sur le sol quand il avait percuté la brune. Avant qu'il ne puisse répondre une demoiselle au cheveux blond fit son entrée en scène, elle cherchait apparemment celle qui se prénommait Alexia. C'est vraie que c'est étrange de proposer un café à quelqu'un qu'on ne connaît pas mais on va dire que les liens qui les unissaient à cause ou grâce à leur parent les rendaient plutôt famillié entre eux. D'ailleurs la blonde l'ignora tout bonnement, elle s'incrustait et ne salua même pas le jeune homme, peut être étaient tous trop familié entre eux enfin bref c'est pas ça qui allait lui poser un problème.

Bon apparemment s'il acceptait de venir avec elle il devait se coltiner la blonde. Une autre seconde de réflexions, alors soit il buvait un café avec deux jolies pseudo inconnue soit il partait pour rejoindre la colonie et son bungalow, ou encore visiter les quelques boutiques du coin avec le risque de croiser un de ses frères et sœurs. Enfaîte y avait pas de choix à faire :

-Bon on y va ou on reste là à se geler dans le froid ? Pas que je suis pressé hein mais j'aime pas le froid. Oh et pour te répondre, ma mère est peut être la déesse de l'amour ou des garces comme tu veux, mais je ne suis pas pour autant quelqu'un fan de l'amour ou de la paix donc tes préjugés sur nous tu peux te les garder merci.  


.

Je me corrige de nouveau demain Very Happy

©️ Great Thief
 
Voir le profil de l'utilisateur
Alexia Fernandès
avatar
« Grecque »
Messages : 3526
Humeur : D'enfers.

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Dim 9 Mar - 10:21


New-York City, the place where your dreams come true.
Maybe You ?

C’est vrai, Alexia n’avait pas été très gentille avec un jeune homme qu’elle venait à peine de rencontrer. Mais que voulez vous ? Quand on est une enfant d’Hadès, on se laisse principalement guider à l’instant. « Tu me plais ? Okey, on est pote. Tu ne me plais pas ? Okey, je t’étripe. ». Mais la jeune femme n’en était pas moins stupide et arrivait très bien à reconnaître les enfants des autres dieux. Puis, même si elle était bien placée pour savoir qu’il ne faut pas se fier aux préjugés, Alexia était aussi bien placée pour savoir que les Aphrodite étaient vraiment des grands idiots. Tiens, une fois, ils s’étaient amusés à venir dans son bungalow et avaient tout redécoré à la Aphrodite. C’est à dire, finit la décoration comme au palais de papa, bonjours la décoration de maison de poupée Barbie taille réelle.

Puis, même si le demi-dieu n’avait rien avoir avec ses frères et sœurs et qu’Alexia l’avait bien comprit juste à sa façon de s’adresser à elle, il n’en avait pas moins le faciès de sa mère. Alexia n’avait jamais été sensible au charme des Aphrodite, mais elle savait le reconnaître et le reconnaitrait entre un milliard de million de milliard. Même ceux qui ressemblaient vraiment presque pas à leur mère en avaient toujours un petit air. A moins que ce soit Alexia qui avait pour malédiction de sentir la présence d’enfant de la déesse de l’amour et de la beauté à des kilomètres à la ronde. Peut-être que c’était ça finalement. Une punition d’Aphrodite elle-même qui lui rappellerait sans arrêt qu’elle ne pourra jamais choisir autre chose que l’amour, et qu’à chaque fois qu’elle le choisirait, elle souffrira.

Heureusement, une présence rassurante arriva près de la jeune femme. Alexia n’eut pas besoin de se retourner ou de quitter le demi-dieu du regard pour savoir qu’Euphoria venait d’arriver. A entendre le son de sa voix, la fille de Thanatos, lieutenant en chef d’Hadès, avait du en bavé pour retrouvé celle de ce dernier. Faut croire qu’Alexia pensait qu’Euphoria aurait su où la trouver. Parfois, Alexia oubliait qu’elle n’était que colocataire avec Euphoria. Il faut dire qu’elle s’entendait tellement bien avec, qu’elle en avait l’impression d’avoir une demi-sœur avec elle, et non pas une ami, dans son bungalow. Alexia détourna une seconde le regard vers son amie, et sourit.

« _ Bah ! J’aurai pu faire pire, t’sais. J’aurai pu te dire : «_ Je vais voir papa, rejoins moi là bas. » ! T’sais qu’il a encore agrandit son royaume ? Bientôt, il n’aura même plus assez de place pour les vivants… Enfin bon ! Je t’offre volontiers ton café, mais croit que c’est parce qu’on appelle papa le riche que moi-même je le suis, hein. »

Au fond de son esprit, la demi-déesse revit l’un de ses cousins de la colonie, Travis, et se demanda si il avait eu la bonté et la gentillesse de lui laisser quelques drachmes et dollar. Avec les Hermès, on ne sait jamais hein ! Enfin bref, Alexia replaça toute son attention sur le fils d’Aphrodite. D’habitude, juste le regard qu’elle lui lança aurait suffit à faire fuir n’importe qu’elle personne normal. C’était pas de sa faute si elle irradiait autant la mort. Mais ça, c’était aussi le cas de Nico et Hazel. Quand on se perdait trop longtemps à les regarder, on croissait la Mort avec un grand M en personne dans leurs regards. Finalement, la seule qui n’était pas réellement comme ça, c’était Bianca. Bianca, par Hadès qu’est ce qu’elle pouvait lui manquer !

« _ Ecoute, je connais plutôt bien chacun de tes frères et sœurs à la colonie et au camp Jupiter, et je peux te dire que je les supporte vraiment pas du tout… Pourtant, toi, t’as l’air différent. Alors si tu es prêt à escorter de deux dames venues tout droit des enfers, je t’en pris, c’est par ici. »

Un sourire narquois sur les lèvres et un une étincelle de défit dans les yeux, Alexia lança un dernier regard au jeune homme avant de partir en tête tout droit pour le café. Pourquoi elle allait au café d’ailleurs ? Elle avait à peine quinze ans, elle n’aimait même pas ça, le café ! Faut croire que la fille du seigneur du royaume souterrain était vraiment frappée. Dans l’esprit de la demi-déesse, un véritable café américain ressemblait à celui qu’on pouvait voir dans la série F.R.I.E.N.D.S. pourtant, son choix se porta sur un nouveau style de coffee shop, tout juste émergeant. Ainsi, elle poussa la porte et alla directement au comptoir. Elle n’avait pas réellement fait attention à si les deux autres l’avaient suivit, mais Alexia était presque sur qu’après avoir chercher toute la journée, Euphoria, au moins l’aurait suivit. La demi-déesse s’arrêta derrière deux autres clients. Il n’y avait pas réellement foule.

« _ Bon ! Et si on s’installait dans le petit coin là bas ? Tu en dis quoi Eupho’ ? Comme ça, on pourrait faire les présentations avec Ken. »

© EKKINOX



 
Voir le profil de l'utilisateur
Euphoria D. Blackwood
avatar
« Grecque »
Messages : 129
Humeur : I'm sure you don't want to know.

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Dim 9 Mar - 12:54


There is something in the New York air that makes sleep useless.
Anybodyyyyy ♪

Au vu de la conversation que les deux jeunes gens étaient en train d'avoir, elle comprit que le jeune homme n'était autre qu'un fils d'Aphrodite. Celle qui est sortie de son coquillage sur la plage. Probablement la déesse qu'Euphoria supportait le moins, avec Héra. Mais celui-ci avait l'air un peu différent de ses frères et sœurs. Moins niais et superficiel peut-être. Et encore. Il ne fallait pas que la fille de Thanatos se fie a sa première impression. La dernière fois qu'elle avait fait cela, elle avait failli se faire tuer. Donc, non. Elle allait attendre de voir avant de pouvoir porter un réel jugement sur le fils d'Aphrodite. Alexia, qui avait fini de dire ce qu'elle voulait dire à l'autre lui parla.

« _ Bah ! J’aurai pu faire pire, t’sais. J’aurai pu te dire : «_ Je vais voir papa, rejoins moi là bas. » ! T’sais qu’il a encore agrandit son royaume ? Bientôt, il n’aura même plus assez de place pour les vivants… Enfin bon ! Je t’offre volontiers ton café, mais croit que c’est parce qu’on appelle papa le riche que moi-même je le suis, hein. »

Il est vrai qu'Euphoria connaissait assez bien Alexia pour savoir qu'elle ne roulait pas sur l'or. Alexia lui avait emprunté tellement d'argent qu'elle aurait pu acheter un appartement au coeur du quartier le plus cher de tout New-York. Mais bon. Euphoria, normalement avare comme y a pas, n'avait pas besoin de tout cet argent et elle ne demanderait jamais à Alexia de lui rembourser. Mais elle n'avait rien contre un petit café de temps en temps. Surtout qu'elle venait de le proposer à un inconnu, alors, pourquoi pas à elle aussi ? La fille de Thanatos ne prit pas la peine de lui répondre et, le jeune homme se plaignant du froid, Alexia se mit en marche.

Après avoir invité Euphoria et l'inconnu à les suivre, Alexia se dirigea vers un café on ne peut plus "new age". Euphoria regarda le café de travers. Cela lui rappelait l'Oregon. Etat dans lequel elle aurait préféré ne JAMAIS aller. Cela lui rappela de tellement mauvais souvenirs qu'elle frissonna mais finit quand même pas entrer derrière Alexia et le Demi-dieu. Le magasin sentait le grain de café fraîchement moulu. Quoi de plus normal pour un coffee shop ? Une fois dans la file, Alexia alla au comptoir pour prendre les boissons.

« _ Bon ! Et si on s’installait dans le petit coin là bas ? Tu en dis quoi Eupho’ ? Comme ça, on pourrait faire les présentations avec Ken.

-Pourquoi pas. Cela laissera peut-être le temps au frileux de se réchauffer. »


Elle jeta un regard narquois au jeune homme avant que la joyeuse troupe n'aille s'installer non loin dans un petit coin un peu isolé du reste de la boutique. Enfin, le plus possible vu que le petit magasin était même très petit. Donc, bien que la blonde avait l'impression d'être enfermée dans une boîte elle prit place au tour de la table et fit craquer ses phalanges. Elle ôta ensuite le poignard qui se trouvait contre sa cuisse et le posa sur le siège inoccupé à côté d'elle. Se redressant elle repoussa ses cheveux en arrière et entreprit de se présenter. Succinctement.

«-Euphoria D. Blackwood. Fille de Thanatos, Dieu de la Mort et Colloc' d'Alexia ici présente», dit-elle sans lever les yeux du jeune homme, juste en tournant un pouce vers le fille d'Hadès.

Elle se demandait ce qu'il pouvait bien faire ici. Seul, à New-York. Sans AUCUN de ses frères et sœurs. Les Aphrodites étaient pourtant connus pour voyager en meute. Mais là ce n'était pas le cas. Elle n'arrivait pas à le cerner et cela la dérangeait quelque peu.  

© EKKINOX



Euphoria D. Blackwood
We are not scared of falling. We are scared to hit the ground.© Joy
 
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc D. Howell
avatar
« Grec »
Messages : 76

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Dim 9 Mar - 20:28


New-York, New-York ! ∞ People who want !




Genre elle connaissait tout les enfants d'Aphrodite, il y en avait tellement, cela étonnait le jeune homme qu'elle connaisse vraiment toute sa pseudo famille mais c'est pas vraiment ce qui le perturbait, mais plutôt le fait qu'elle semble déjà savoir qu'il n'est pas comme les autres. Comment avait-elle pu deviner qu'il était plutôt contraire au Aphrodites excepté son coté physique car malheureusement il fallait bien un truc pour le distinguer des autres enfants des dieux. Bon après il ne chercha pas vraiment à comprendre, pourquoi se torturer l'esprit sur des choses si banal.

La dénommait Alexia se pressa vers le coffee shop d'où il était sorti il y a quelques minutes. Elle proposa de ce mettre dans un coin tout en le piquant au vif en le surnommant Ken, il se demandait si elle se foutait de sa gueule ou si elle était sérieuse, personne ne l'avait appelé Ken depuis très longtemps, le dernier ayant eux l'inintelligence de faire cela c'est vite retrouvé couvert de bleu et doit avoir maintenant peur des poupées Ken. Mais il laissa courir lui laissant le bénéfice du doute et surtout jugeant qu'elle était trop infantile pour comprendre ce qu'elle venait de dire. Et puis après tous c'était une fille des enfers.

La dite Eupho, une blonde platine qui devait elle aussi probablement faire partie de la colonie des Demi-dieux grecs lui lança de nouveau une plaisanterie de mauvais goût ainsi qu'un regard narquois, c'est vraie qu'il prenait tout mal mais en même temps son sens de l'humour était restreint, il n'aimait pas vraiment rire avec les autre. Mais il ne fit pas de réflexions à la demoiselle alors que des tas de moqueries lui venait. C'est vraie qu'il faut dire que la blonde ressemblait plus à une barbie qu'à autre chose, si je n'étais pas un fils d'Aphrodite j'aurais pensé qu'elle était l'une de ses filles. Pour la seconde elle était bien la fille de son père. Une fois ayant pris possession d'une table chacun se posa sur une chaise posant les récipient sur la table d'acier.

La blonde entama d'ailleurs la conversation quand le calme fut plat autour de la table:

«-Euphoria D. Blackwood. Fille de Thanatos, Dieu de la Mort et Colloc' d'Alexia ici présente»


Il avait envie de lui sortir bravo tu as bien résisté ta leçon je te donne dix sur dix mais il s'en abstient de nouveau. Trop peu actif aujourd'hui qu'il en deviendrait même gentil. Il fit genre d'être aimable quelque instant en répondant à la jolie blonde qui se trouvait en face de lui :

-Enchantais, ! Loïc Howel, un des nombreux fils d'Aphrodite il accentua sa voix sur le nombreux montrant son exaspération d'être l'un des centaines de fils d'Aphrodite, en soit aucun des enfants des dieux n'avaient sont originalité, ils avaient pratiquement tous le même sang ou demi-sang, donc deux Demi-dieux qui sortent ensemble c'est comme un inceste? Il ne prit pas le temps de plus y réfléchir et continua :

-Donc fille de Thanatos qui vie chez les Hadès, original. Sinon que faites-vous toutes les deux en pleines journée aussi loin du camp ?

Il savait que la question allait se retourner contre lui mais il demanda tout de même sa curiosité piqué au vif, lui n'aimait pas le camp mais elle pourquoi était-elle partie ? Peut-être des filles qui en ont ras le bol de ses demi-dieux qui se la raconte un peu trop avec leur pseudo pouvoir. Où alors elles sont comme mes sœurs, elles font les boutiques et là j'aimerais plutôt quitter la table que poursuivre la conversation.


.

Je me corrige demain promis Very Happy

©️ Great Thief


I'm not in love
And we were lovers, now we can't be friends. Fascination ends, here we go again. Cause it's cold outside, when you coming home. Cause it's hot inside, isn't that enough.
 
Voir le profil de l'utilisateur
Alexia Fernandès
avatar
« Grecque »
Messages : 3526
Humeur : D'enfers.

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Lun 10 Mar - 13:29

New-York City, the place where your dreams come true.

Des trois, Alexia était plus que certainement la plus jeune, pourtant, des trois, elle était également la plus puissante et la plus dangereuse à la fois. Son aura avait surement déjà alerté tous les monstres du coin, pourtant, aucun n’était venu frapper à leur porte. La demi-déesse l’avait parfaitement remarqué, mais le gardait dans un coin de sa tête. Après tout, si ils avaient décidés de faire une trêve, valait mieux ne pas leur rappeler qu’elle existait. D’autant plus que si le petit groupe se faisait attaquer, la fille du seigneur du royaume des morts aurait pas parié sur leurs survies. Rho et puis zut ! Voilà qu’elle se remettait à penser au pire ! Du Alexia tout cracher ça. Quand tout allait bien, il fallait toujours qu’elle imagine un « je-ne-sais-quel-piège » pour se torturer l’esprit. Après tout, elle avait bien le droit de faire une petite virée à New York sans que personne ne veille sa mort ! Enfin, personne qui puisse être un semblant de mortel. Elle était persuadée que Zeus en avait toujours après elle, surtout depuis qu’elle sortait avec son fils, Eric. Bien qu’il ne soit pas vraiment fils de Zeus mais Jupiter et… Wouah ! Maux de tête là ! Surement que la demi-déesse avait du passer un peu trop de temps avec Octavian, l’augure du camp Jupiter, parce que là, elle nous devenez complètement parano.

 Assise à côté de la fille de Thanatos, face au fis d’Aphrodite, la fille d’Hadès se força à sourire. Son côté pessimiste prenait trop le dessus sur elle et voilà qu’elle pensait déjà à la couleur des fleurs pour son enterrement. Vaguement, elle entendit la voix d’Euphoria la présenter comme étant sa colocataire. Elle n’y ajouta rien. Puis ce fut autours de son nouvel ami de se présenter. Alexia replaça son attention sur lui quand il dit s’appeler Loïc. Dommage pour elle, son vrai nom n’était pas Ken. La princesse des morts aurait beaucoup aimé ce côté ironique qu’elle aurait eut là chose. Le dénommé Loïc enchaîna avec une question qui portait sur les raisons de leurs présences à New-York City. Tiens ! Pas mal comme question ça ! Qu’est-ce qu’elle venait faire là, celle–là ?

« _ Pour ma part, je suis là tout simplement parce que je n’arrive pas à saquer tout c’est imbéciles de demi-dieux grecs trop occupés par leurs personnes et des choses totalement stupides et sans importance. J’aurai bien aimé rendre visite à mon petit ami, au camp Jupiter, mais je suis en froid avec son père depuis quelques temps – on va dire depuis ma naissance, à peu près – et j’ai bien peur qu’il me carbonise sur place si j’ai l’audace de prendre l’avion. Alors je suis à New-York parce que Chiron et Monsieur D. préfèrent que j’évite d’utiliser le voyage par les ombres, je me ferai trop vite repérer par les monstres. Puis les romains ne sont pas beaucoup différents des grecs, ils ne sont pas assez… Comment dire ?  Peut importe, je les supportent juste plus du tout. Et vous ? Que venez vous faire à New-York ? »

Il fallait définitivement qu’Alexia arrête de fréquenter Octavian, parce que voilà qu’elle, qui avait tellement décidé d’être positive et de profiter de la vie, recommençait à broyer du noir et à penser totalement à côté de ce qu’elle voulait. Puis, surtout, il avait réussi à attiser une haine contre les autres demi-dieux grecs chez elle. Par Hadès qu’est ce qui pouvait être casse-pied celui là ! Enfin bref, pour revenir à ce qui se passait dans le café, Alexia dévisagea Loïc, puis Euphoria. A  cet instant, la fille d’Hadès se demandait ce qui pouvait bien passer par la tête des deux autres demi-dieux. Tous ses sens étaient en alerte. Finalement, elle n’était parano, il y avait vraiment quelque chose d’étrange. Et Alexia le comprit qu’elle vit l’esprit flotté près de la tête de Loïc. Mais elle ne dit toujours rien. Après tout, elle avait l’habitude de réveiller tous les fantômes dans un rayon de cinquante à cinq cents mètres autours d’elle. Mais cette fois, c’était différent. C’est comme si elle était tombée droit un piège et qu’il était là pour lui dire de faire attention. Trop de chose s’agitait dans la tête d’Alexia, elle devenait juste un peu trop parano. C’était surement l’invention de son esprit.   

Pourtant, elle en était sûre, elle en avait presque perdu l’assurance qu’elle avait un peu plus tôt. Alexia laissa Euphoria et Loïc poursuivre leur conversation. Encore une fois, elle passerait pour la folle de service, si elle l’ouvrait. Pourtant, son instinct infaillible de demi-déesse et de fille d’Hadès lui disait qu’elle risquait d’avoir des ennuis très vite.

« _ Vous sentez rien de bizarre ? Je ne sais pas, je trouve presque ça étrange. J’ai passé la matinée ici, dans ce quartier, puis on est trois demi-dieux et… Je suis une véritable balise à monstre, et avec vous deux, on doit sentir le demi-dieux sur au moins cent kilomètre, et pourtant… Non, rien, oubliez, je suis sûrement trop parano. C’est l’habitude de ne pas être tranquille trente seconde, parfois, j’en deviens presque folle. Puis, j’ai du trop fréquenter des gens un peu trop parano.»

made by Jacage.



Hors RPG.
Désolée, ma réponse est vraiment nulle et hors sujet, j'étais juste pas trop inspirée, puis j'avais envie de faire ressortir le côté parano d'Alexia Cool. A vous de voir si vous la suivez dans son délire ou si vous préférez lui dire qu'elle est juste folle et que tout va bien.



 
Voir le profil de l'utilisateur
Euphoria D. Blackwood
avatar
« Grecque »
Messages : 129
Humeur : I'm sure you don't want to know.

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Lun 10 Mar - 20:37


There is something in the New York air that makes sleep useless.
Anybodyyyyy ♪

Euphoria connaissait assez bien Alexia pour savoir à son regard qu'elle broyait du noir. La fille de Thanatos ignorait pourquoi mais elle avait souvent vu Alexia comme ça. Le regard vague, perdu au loin, ruminant je ne sais quoi. La brune lui avait déjà parlé de certaines de ses appréhensions liées à son passé et celui-ci n'avait pas été facile. Euphoria ne savait que trop bien ce qu'elle pouvait ressentir. Excepté que son père n'est pas Hadès mais Thanatos. Mais bon, ce n'était pas comme si la différence entre Hadès et son lieutenant était énorme. Bien au contraire. Les deux jeunes filles s'entendaient bien mais avaient une façon plutôt différente d'aborder la vie. D'un côté, Alexia était très pessimiste. Mais genre, vraiment beaucoup beaucoup pessimiste. Trop même. Enfin bref. Alors qu'Euphoria est fataliste : si quelque chose arrive et ben, c'est que ça doit arriver et puis c'est tout. Ce qui ne l'empêchait pas pour autant de planifier tout à l'avance et quand même d'envisager le pire : mieux vaut prévenir que guérir n'est-ce pas ?

Autant est-il qu'Euphoria ne se bouffait pas la vie pour rien. Elle était prévoyante mais pas paranoïaque. Elle avait toujours été ainsi et c'était pas demain la veille que ça allait en être autrement. Naître dans une famille mafieuse avait eu un certains nombre d'avantages. Effectivement, entraînée aux arts du combat à mains nues depuis toute petite, elle maîtrisait sans efforts des techniques allant de la boxe Thaïlandaise au Taekwondo et en passant par le Krav Maga. Euphoria n'était pas une fille d'Arès, mais dès fois, c'était tout comme. Elle abordait donc la vie en toute sérénité. Enfin, aussi serein qu'on peut l'être en étant fille du Dieu de la mort en personne.

La fille de Thanatos et le prénommé Loïc écoutèrent le petit speech d'Alexia. Euphoria savait que cette dernière n'avait jamais eu un amour profond pour les autres Demi-dieux mais elle sentit que cette fois-ci c'était plus que ça. Pas que cela gênait Euphoria, à vrai dire elle pensait à peu près pareil que son amie, mais il y avait autre chose...que la fille du Dieu de la mort n'arrivait pas à cerner. Mais bon, elle verrait le moment venu.

«-Pour ma part, à part que je fuis la colonie et ses tarés d'occupants un jour sur deux au moins, c'est assez compliqué et j'ai pas franchement envie d'étaler ma vie, surtout en présence d'un Demi-dieu a peine rencontré, mais je suis venue pour affaires. Je  me passerai de détailler plus. Et j'en ai aussi profité pour retrouver la fille du grand maîmaître de Cerbère.»

J'suis venue voir mon contact dans l'ancienne famille mafieuse à laquelle j'appartiens toujours tant bien que mal pour voir où les mercenaires en sont dans leur vaine recherche d'une vengeance qui...n'arriverait jamais en somme. Mais faut pas leur en vouloir, ce sont des petits toutous qui suivent des ordres.  Mais bon, c'était quand même mieux de se tenir un peu au courant, juste au cas où un de ces super chiens avait une illumination. Ce n'était pas vraiment sa préoccupation pour le moment, surtout qu'elle avait reçu le mot de son contact et il n'y avait rien d'alarmant pour le moment. Enfin...tout n'allait pas forcément si bien que ça. La présence de trois demi-dieux pouvaient attirer toutes sortes de choses, pas que des mercenaires. Comme par exemple l'esprit qui flottait à côté de la tête du fils d'Aphrodite. Se tournant vers Alexia, elle vit que celle-ci l'avait vu.

«-C'est clair que t'es parano, ça y a pas d'hésitations à avoir. Mais là, c'est pas que de la paranoïa. Je le sens et le vois aussi. Au fait, Loïc, t'as un esprit qui te voles au-dessus de la tête hein, juste comme ça. Mais de là à savoir ce que ça veut dire, je vois malheureusement pas encore dans l'avenir. »

Il allait falloir discuter avec le gentil petit esprit. Quoi que, si c'était comme elle le pensait, le je ne sais trop quoi qui risquait d'arriver n'allait pas tarder. A part si c'est juste Alexia qui était contagieuse avec sa paranoïa, mais Euphoria était, pour une fois, persuadée du contraire.



Euphoria D. Blackwood
We are not scared of falling. We are scared to hit the ground.© Joy
 
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc D. Howell
avatar
« Grec »
Messages : 76

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Mar 11 Mar - 21:44


New-York, New-York ! ∞ People who want !





La parole fut à Alexia, et c'est à ce moment là que la conversation à complètement déraillé. Elle parlait d'un fantôme qui lui tournait autour, enfin le survolait apparemment, pensant à une blague de mauvais goût de la jeune fille il ne releva pas vraiment ses propos, de plus pourquoi un fantôme ce trouverait près de lui ? Personne n'était mort enfin personne qu'il ne connaissait et même s'il n'avait pas eux de nouvelle de son père depuis un baille, cela lui aurait parus étrange qu'il ne fut pas prévenu de son décès. Il était maintenant troublé par les mots de la fille des enfers car si on y repense bien, elle est une fille d'Hadès cela ne serait donc pas vraiment étonnant qu'elle puisse voir les morts. Rah pourquoi avait-elle était obligé de lui dire qu'un fantôme le ''hantait'' en quelque sorte. Puis dire aussi que c'est bizarre qu'aucun monstre n'était encore venu les attaquait, lui paraissait vraiment étrange ? On dirait qu'elle n'attendait que ça. Ou qu'elle pensait peut être qu'on manigançait contre elle enfin eux. Nan, nan elle était juste parano.

Après peut être qu'il devenait juste parano, croire une fille qu'on vient de rencontrer après même pas dix minutes de conversation, cependant la fille du dieu des morts lui inspirait confiance, elle dégageait quelque chose qu'il aimait bien, probablement le faite qu'elle aussi n'aime pas les demi-dieux grecs, un point pour elle, on pouvait dire que pour le moment le feeling passait superbement bien entre eux.

Euphoria surenchérit sur son pseudo soulagement de quitter les grecs une journée ou deux par semaines. Cette dernière étaient d'ailleurs tout en plus mystérieuse n'avouant pas ce qu'elle venait faire réellement à New-York. Une fille mystérieuse et complexe, il aimait bien les femmes qui se cachaient derrière un secret, ce qui titilla son envie de perser son mystère.  Il n'en fallut pas plus à Loïc pour ce dire qu'il venait de tomber sur deux cas complexe, qui vouait une belle petite haine aux demi-dieux grecs, avec un caractère plutôt bien à elles. Peut être avait-il trouvait des personnes comme lui avec qui il pourrait s'entendre car il faut dire que depuis qu'il a quitté les Hermès, il n'a pas vraiment d'amis et puis il ne pouvait se blairer ses frères et sœurs. Donc il était plus que jamais seul.

Après il se trompait peut être sur les deux demoiselles, l'une était folle et l'autre avait comme pseudo secret ''je vais me manucurer les doigts pieds et les ongles'' mais son envie d'en découvrir plus sur elles.

Après un moment de réflexions, il sortit de ses pensées, la blonde reprit en répondant en quelque sorte à la fille d'Hadès :

-C'est clair que t'es parano, ça y a pas d'hésitations à avoir. Mais là, c'est pas que de la paranoïa. Je le sens et le vois aussi. Au fait, Loïc, t'as un esprit qui te voles au-dessus de la tête hein, juste comme ça. Mais de là à savoir ce que ça veut dire, je vois malheureusement pas encore dans l'avenir.  

Loïc ce demanda vraiment pourquoi toute deux voyaient un fantôme derrière lui, c'est normal qu'elles le voyaient étant toutes deux des filles de dieux des morts. Il se rappelait aussi que si lui le voyait la mort se rapprochait. Il fronça les sourcils d'un air de dire vous vous foutez de ma gueule.

Pourtant il n'hésita pas à se retourner pour voir s'il y avait un fantôme, ce qui en quelque sorte serait vraiment paniquant. Il ne pouvait pas mourir maintenant, il n'était même pas encore adulte, il n'avait pas eux le temps de vivre, de détester plus qu'il ne déteste déjà.


Quand rien ne lui apparut il eut un léger souffle de soulagement, ses deux là avaient bien faillit lui faire avoir un arrêt cardiaque, il n'aurait manqué plus que ça pour que la journée soit parfaite, lui qui va habiter dans le pays du père d'Alexia. Que du bonheur encore et encore. Il but une gorgée de son café avant de reprendre la conversation :

-Si c'était une blague elle était de mauvais goût, j'ai faillis faire un arrêt, on ne plaisante pas avec les fantômes même si son père est le dieu des morts. Je suis fragile. Il faut me préserver. Il dit cela sur un ton sarcastique et ironique rien de bien méchant vu qu'il lâcha un sourire, cela faisait un baille qu'il n'avait pas souris d'ailleurs. Il reprit donc :

-Bon je reviens, je verrais si vous m'avez planté ou pas à mon retour.

Il se leva et prit la direction de la sortie, sa dépendance à la nicotine n'a pu lui empêcher sa pose cigarettes si on peut dire. Un jour il arrêtera mais pas aujourd'hui. Durant un instant il se demandait ce qu'il foutait là ? Lui le putain d’associable que personne ne pouvait approcher sans qu'il ne l'insulte ou lui gueule dessus pour avoir envie son espace personnelle. Enfin personne excepté Joyce l'une de ses rares amies mais ça c'était une autre histoire. Pourquoi parlait-il avec ses deux inconnues ? Une bouffé de fumée dans les poumons, il regarda les voitures passer pensant, réfléchissant.


.

Je me corrige ce WEEK-END promis Very Happy

©️ Great Thief


I'm not in love
And we were lovers, now we can't be friends. Fascination ends, here we go again. Cause it's cold outside, when you coming home. Cause it's hot inside, isn't that enough.
 
Voir le profil de l'utilisateur
Alexia Fernandès
avatar
« Grecque »
Messages : 3526
Humeur : D'enfers.

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Mer 12 Mar - 14:28

New-York City, the place where your dreams come true.

La fille du dieu des morts n’avait pas réellement attendu de réponse. Elle était persuadée que quelque chose clochait. En générale, en bonne fille d’Hadès, et avec l’habitude, Alexia ne se fiait qu’à son instinct. Elle n’écoutait pas tant que ça les autres. Si son instinct lui criait de rester sur ses gardes, crise de paranoïa liée à ses récentes fréquentations romaines ou non, elle resterait sur ses gardes. C’était quelque chose qu’elle avait apprit à faire toute seule. Se fier à son instinct avant tout. Après tout, en combat, c’était la seule chose qui la maintenait a peu près en vie.Le fantôme près de Loïc s’agita. Apparemment, il avait envie de dire quelque chose. Alexia lança un regard à Euphoria : Elle l’avait vu aussi. D’ailleurs, si la demi-déesse avait prêté plus attention, elle aurait su qu’à ce moment même sa colocataire faisait la même remarque au fils d’Aphrodite. L’attitude du fantôme troubla Alexia, encore plus quand ce dernier vint s’asseoir à côté de Loïc – dans la mesure où un fantôme pouvait s’asseoir sur une chaise –, qui, lui, se retournait dans le but de voir l’apparition spectrale. Lorsque le fils d’Aphrodite fit sa remarque, ça, par contre, Alexia l’entendit. Et elle le gratifia d’un regard aussi sombre et noir que celui de son père.

« _ Tu as osé dire quoi ? On ne plaisante pas avec des sujets de mon père. Les morts sont morts, et on ne plaisante pas avec eux. Il y a vraiment un esprit présent à cette table, juste à côté de toi, enfaite. Par contre, t’es pas un fils d’Hadès, ou de Thanatos. Tu ne peux pas voir les morts. Encore heureux pour toi. Si tu l’avais vu… Hum… Si tu vois un fantôme, un jour, tu as intérêt d’avoir une ou deux Drachmes sur toi. Sinon, Charon risque de ne pas se montrer très… Agréable. ». C’est surement le genre de chose qu’elle aurait dit si elle n’était pas tracassée. D’un geste de la main, elle fit signe à Loïc de laisser tomber. Toute façon, ce n’est pas comme si cette histoire de fantôme l’intéressait vraiment, puisqu’il quitta la table de lui-même. Laissant Alexia seule avec Euphoria. Du regard, la demi-déesse interrogea son amie.  Au fond d’elle, elle savait très bien qu’Euphoria avait du comprendre la même chose. Pourtant, elle n’en était pas sûre de savoir. Où plutôt, elle ne voulait pas savoir.

« _ Tu sais quoi ? Je pense que tu devrais aller faire connaissance avec Barbie Girl. Puis, si je ne me trompe pas, il risque d’avoir besoin de ton aide. Moi, je vais faire la causette avec notre ami grec. Ne me demande pas comment je sais qu’il est grec, mais quelque part, j’en suis vraiment certaine, il a quelque chose qui me semble presque… Familier. Puis quelque chose me dit qu’il a vraiment envie de faire la conversation. Puis, je pense que tu as besoin d’aller prendre une cigarette. Et je n’ai pas encore fini mon chocolat chaud, je vous rejoindrai plus tard. J’aime bien prendre mon temps. T’en fais pas pour moi, je suis une grande fille, et commença, je serai la seule à passer pour une folle aujourd’hui. Je suis quasiment sûre que tu as aussi ressenti la même impression que moi quand tu l’as vu et que tu es aussi sûre que moi qu’il faut qu’on lui parle, et qu’on sache ce qu’il nous veut. Laisse moi me charger de ça et perd pas Barbie Girl de l’œil. Il risquerait de se faire tuer par un des trois M.»

Alexia ne laissa pas à Euphoria le temps de répondre et l’incita du regard à sortir. Non pas par méchanceté, mais la jeune fille avait l’habitude de rester seule quand elle ressentait vraiment le besoin de réfléchir à quelque chose, puis, la présence des morts ne l’a dérangé pas. Bien au contraire. Tout comme son grand frère, la fille d’Hadès passait surement plus de temps avec eux qu’avec les vivants.Sans plus vraiment prêter attention à si la fille de Thanatos était encore présente ou si elle avait choisit de rejoindre le descendant d’Aphrodite, Alexia posa ses yeux sur le fantôme qui lui paru de plus en plus réel et consistant. Il avait quelque chose chez cet esprit qui lui disait très clairement : « Hey ! Oh ! Je suis un potto grec ! »

« _ Bon, maintenant qu’on est plus que nous deux, on va taper la conversation, hein ? Dis moi tout de toi, comment tu t’appelles, de quelle époque tu viens, ce que tu nous veux…? »

made by Jacage.



Hors RPG.
Je me corrigerai plus tard, la flemme Razz. Quand je suis dans mon délire, faut me laisser dans mon délire, j'y reste jusqu'au bout, bon courage à vous deux Razz



 
Voir le profil de l'utilisateur
Euphoria D. Blackwood
avatar
« Grecque »
Messages : 129
Humeur : I'm sure you don't want to know.

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Mer 12 Mar - 21:19


There is something in the New York air that makes sleep useless.
Anybodyyyyy ♪

La bonne nouvelle était que l'Aphrodite semblait ne pas voir le fantôme. Enfin, bonne nouvelle, c'était vite dit. Peut-être que dans peu de temps, elle le préférerait mort que vivant mais pour le moment l'Aphrodite l'intriguait. On pouvait dire qu'il n'était pas comme ses frères et sœurs. Ou du moins, il ne semblait pas être comme eux mais les apparences peuvent être trompeuses.

En tous cas, le fantôme était toujours là à se dandiner et se plaça même à côté de lui. Chouette. Euphoria avait beau être fille de Thanatos, elle n'aimait pas du tout quand les fantômes s'invitaient à sa table. De vrais pots de colle ceux-là. Elle pouvait pas aller quelque part sans que l'un d'entre eux ne vienne la voir. Celui qu'elle avait rencontré le matin même allait d'ailleurs très certainement se rappeler longtemps de leur rencontre. On peut dire qu'elle n'avait pas été très aimable. Comme d'habitude en fait. Euphoria avait une vision assez particulière des contacts qu'elle devait avoir avec les fantômes : elle les utilisait, les appelait sans problèmes mais gare à ceux qui essayaient de la contacter d'eux-même. Pour quelques raisons que ce soit, bonne ou mauvaise, attaque ou juste rencontre. Elle aimait pas, point barre. C'est donc agacée qu'elle regardait l'esprit. "Heureusement pour toi qu'il y a Alexia et Ken sinon t'en aurais bavé mon coco. Et heureusement pour toi que t'es déjà mort." L'esprit aurait pu lire tout ça dans son regard et, si ça se trouve, il le fit.

Euphoria fut interrompue dans ses pensées par Loïc qui allait fumer une cigarette. Une ampoule s'alluma dans le crâne de la Blackwood. "S'il va fumer c'est qu'il a un briquet." En effet, la jeune fille n'avait pas pu se matin vu qu'elle avait paumer le sien à cause du voyage par les Ombres. La main de la jeune fille se porta automatiquement dans sa poche, lieu où se trouvait son tabac. Mais celle-ci s'arrêta en chemin. Pouvait-elle avoir confiance dans le briquet d'un pseudo-inconnu ? Et si celui-ci lui explosait à la tête comme une fois par le passé ? Elle en gardait même une cicatrice derrière l'oreille. Pas très commun comme endroit pour avoir une cicatrice de brûlure, mais cela l'arrangeait assez. Elle avait pas une grosse balafre en plein milieu du visage quoi. M'enfin bref.

Comme si le manque de la jeune fille ne suffisait pas, Alexia la poussa à sortir pour aller parler à Loïc en même temps. Il est vrai qu'elle n'était pas vraiment d'humeur à parler à un fantôme qui se tapait l'incruste alors qu'elle buvait tranquillement son café noir mais de là à aller parler à l'autre... Elle aurait bien pu rester dans le coin et pas parler. M'ouais non elle aurait pas pu en fait. Sans prendre la peine de répondre à Alexia, elle se leva et se dirigea vers la porte, son paquet de cigarettes déjà sorties et une à quelques centimètres de ses lèvres. Elle poussa la porte sans même se retourner, sachant qu'Alexia allait réussir à tirer des informations de l'esprit. Après tout, elle était fille d'Hadès. Si celle-ci n'y arrivait pas, Euphoria ne pourrait lui être d'une grande aide. Une fois dehors, elle jeta un coup d’œil autour d'elle, s'assurant du calme régnant dans la rue avant de se tourner vers l'Aphrodite.Elle retira sa cigarette d'entre ses lèvres et se plaça carrément devant lui.

«-Dis, ça te gênerais de me prêter ton briquet ?»

Elle détestait demander quelque chose à quelqu'un. Mais vraiment vraiment beaucoup. Même dans des situations désespérées. Si elle voulait quelque chose, elle allait le chercher elle-même. Mais il est vrai que là, elle avait un peu la flemme d'aller à l'autre bout de la rue pour en acheter un autre. Elle allait commencer à croire qu'elle se ramollissait. Et pas qu'un peu. Par Thanatos, elle allait devoir se reprendre. Mais après une petite cigarette... Enfin, si Loïc acceptait de lui passer. En attendant, elle reprit la parole.

«-Au fait, tu nous as pas dit pourquoi t'étais là, toi.»

Ah, l'art de faire la conversation. Euphoria était plus trop au point là-dessus. En même temps, quand on voyage souvent seule, à part se parler à soi-même...


© EKKINOX



Euphoria D. Blackwood
We are not scared of falling. We are scared to hit the ground.© Joy
 
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc D. Howell
avatar
« Grec »
Messages : 76

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Sam 15 Mar - 1:19


New-York, New-York ! ∞ People who want !




Loïc continuait la consommation de sa cigarette regardant de temps à autres les passants, certains avaient l'air complètement dépitée, probablement de vivre dans un monde aussi foireux ou alors parce qu'ils ont une vie foireuse. Il profita de cet instant seul pour zieuter un peu la ''marchandise'' quand elle passait, oui car les humaines sont souvent plus regardable que les grecs qui elles ont une force souvent herculéenne, des muscles à vous en faire pâlir, des vierges souvent effarouchés alors qu'elles ont la vingtaine passé et surtout elles ne se laissent pas souvent approcher excepter les Aphrodites, qui elles sont de vraies ***** comme leurs mère diriez vous, les chiens ne font pas des chats, le problème c'est que d'une c'est ses sœurs et de deux vraiment qui voudrait sortir avec des gourdasses pareille, elles avaient un pois à la place du cerveau. Enfin bref il profitait donc de ses sortis pour regarder un peu ce qu'il y avait comme demoiselle à New-York, car sa vie sentimentale et autre était vraiment à l'abandon en ce moment.

Il remarqua deux jolies filles passant devant lui, deux pour le prix d'une ? Le signe des dieux ou juste une plaisanterie. Il ne put vérifier son hypothèse quand la fille de Thanatos débarqua et se place juste devant lui, cigarette à la bouche. Elle demanda sans grande conviction :

«-Dis, ça te gênerais de me prêter ton briquet ?»
Demandé comme ça il ne pouvait refuser. Il le sortit de sa poche et lui lança, avait-elle des réflexes ou pas ? Bref, une fois cela fait il put répondre à la seconde question de la blonde qui venait de le rejoindre, pourquoi l'autre n'était pas venu ? Elle ne fumait probablement fut sa réponse, mais elle aurait pu accompagner sa copine, nan bref. Il ne chercha aucune explication et se contenta de répondre :

-Je suis venu à New-York pour fuir le bungalow d'Aphrodite et de tout ses occupants qui me tapent franchement sur le système surtout en saison des amours, ça en est blasant. Puis j'ai aussi fuis la colonie et tout ses être qui me rende malade, ne me demande pas pourquoi je n'en sais rien, je ne les aime pas, peut être parce que je n'aime personne. Et pour finir parce que j'avais aussi des choses à faire ici. Bref, j'arrête de parler de moi ou on va me prendre pour un narcissique.

Il demanda donc à Euphoria pour combler la conversation :

-Et la brune elle fait quoi ? Elle a décidé de rester dans son coin ? Pour finir tu as des frères et sœurs, je suis un peu perdu à se niveau là, qu'es ce qu'un fille de Thanatos fous dans le bungalow des Hadès ?

Il termina sa question et repris une bouffé de fumée, il se bousillait les poumons, il le savait. Fumer Tue. Un jour il mourrait probablement à cause de ses saloperies.







.

Probablement la pire de mes réponses ♥

© Great Thief


I'm not in love
And we were lovers, now we can't be friends. Fascination ends, here we go again. Cause it's cold outside, when you coming home. Cause it's hot inside, isn't that enough.
 
Voir le profil de l'utilisateur
Euphoria D. Blackwood
avatar
« Grecque »
Messages : 129
Humeur : I'm sure you don't want to know.

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Lun 17 Mar - 21:13


There is something in the New York air that makes sleep useless.
Anybodyyyyy ♪

Alors qu'Euphoria attendait patiemment le briquet du jeune homme, celui-ci lui lança. Elle l'attrapa entre deux doigts gantés de cuir sans même regarder, et, d'un geste mécanique le porta à sa bouche. Elle alluma sa cigarette d'un trait et tira dessus un coup avant de l'enlever de sa bouche pour recracher la fumée, la tête légèrement penchée en arrière, savourant ce moment tant attendu, comme si cela faisait plusieurs décennies qu'elle n'avait pas fumé.

Avant de se retourner vers Loïc, elle regarda autour d'elle. Elle pouvait voir la date de mort de la plupart des personnes présentes et certaines personnes auraient mieux fait d'aller dire au revoir à leurs proches plutôt que de se balader insoucieusement dans New-York. Mais après tout, c'était ça qui était de poétique avec la mort : tu ne savais jamais quand, où et pourquoi cela allait te frapper, mais tu savais seulement qu'un jour viendrait où tout serait fini, comme ça, en quelques secondes. Aussi bizarre que cela puisse paraître, elle adorait et détestait cette idée en même temps. En tant que fille du Dieu de la mort elle savait quand les autres allaient mourir et pouvait raccourcir leur durée de vie et même les faire succomber d'une mort longue et douloureuse en les faisant "pourrir" de l'intérieur. Mais elle ne pouvait se l'infliger à elle-même. Ce n'est pas qu'elle ait des tendances suicidaires, mais elle se demandait ce qu'il lui arriverait si...elle mourrait. Tout en espérant que cela n'arrive pas de si tôt. Ce qui est un peu ambiguë. Et elle même ne comprenait pas vraiment ce sentiment.

Elle fut coupée dans sa réflexion par le fils d'Aphrodite qui avait enfin décider de lui répondre. Il avait apparemment beaucoup de raisons pour ne pas être resté à la colonie avec ses frères et sœurs. Le fils de la déesse de l'Amour ne semblait pas beaucoup aimer ses compagnons de bungalow. Ce qui était...très compréhensible. Euphoria n'avait pas une rancœur particulière contre les occupants du Bungalow d'Aphrodite : elle pouvait juste pas les supporter. Sans vraiment savoir pourquoi, comme Loïc, même si elle en avait une vague idée. Mais elle, elle ne vivait pas avec eux. Et heureusement, pour eux.

-Je vais pas te dire que je te comprends car je vis pas avec eux mais c'est vrai que ça doit pas être facile. Et je pense que ce n'est pas juste parce que tu n'aimes personne que tu ne les aimes pas mais en grande partie car ils sont pour la plupart détestables ou trop stupides pour que l'on puisse dire qu'il est agréable d'être avec eux. Enfin, ce n'est que mon avis.

Elle dit tout cela en pensant à certains demi-dieux à qui elle aurait bien fait subir tous les châtiments des enfers si elle le pouvait. Grecs comme romains. Romains comme Grecs. Le jeune homme continua de parler et la fille de Thanatos lui répondit après avoir repris une bouffée de fumée.

-La brune, comme tu dis, parle avec le fantôme de tout à l'heure. D'après ce qu'elle m'a dit elle pense que quelque chose va se passer et qu'il pourrait avoir des informations. Espérons juste pour lui qu'il venait pas juste la saluer. Mais bref. Pour répondre à ton autre question, non, je n'ai pas de frères et sœurs. Bizarrement, les enfants de Thanatos semblent plus rares que ceux des Trois Grands. Je suis dans le Bungalow des Hadès pour une raison toute simple. Quand je suis arrivée, c'était, soit je restais dans le Bungalows des Hermès, soit je partais. Alors, autant te dire, qu'en quelques jours à peine j'ai failli arracher la tête de plusieurs Hermès, genre les Alatir et compagnie et puis partir quand t'as 11 ans et que tu viens de galérer comme y a pas pendant quelques mois...ben voilà quoi. Et puis, quand le Bungalow a été créé, j'ai, comment dire, sauté sur l'occasion. En plus, Nico n'était presque jamais là alors bon. Et puis Alexia est arrivée et là ben. On est devenue colloc'. C'est aussi simple que ça. Autant dire qu'elle est une des seules personnes que je peux supporter à la colonie. Mais je parle je parle. On va finir par croire que je suis, moi aussi, narcissique.

Elle lança un sourire sarcastique au jeune homme. Elle ne pouvait s'en empêcher. Mais elle n'était pas comme ça qu'avec lui, elle l'était avec tout le monde. Et...la plupart n'aimait pas trop ça. C'était d'ailleurs à cause de son tempérament sarcastique et ironique qu'elle s'était maintes et maintes fois attirée des problèmes chez les Hermès. Surtout avec des fils ou fille d'Arès pas encore reconnus. La blonde tira à nouveau sur sa cigarette et recracha la fumée qui fut déviée par le vent vers l'Aphrodite.

© EKKINOX



Euphoria D. Blackwood
We are not scared of falling. We are scared to hit the ground.© Joy
 
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc D. Howell
avatar
« Grec »
Messages : 76

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Sam 22 Mar - 23:00


New-York, New-York ! ∞ People who want !



Il eut presque consommé sa cigarette quand la demoiselle décida de lui répondre après avoir pris quelques bouffées de fumer. Elle aussi détestait les enfants de sa mère en même temps peu de monde les appréciait les seuls qui leurs parlaient voulaient simplement sortir avec et les avoir auprès d'eux, qui voudrait avoir des personnes si détestable auprès de soit.

Loïc réfléchissait aux paroles de la jolie blonde, peut être avait-elle raison, il n'aimait pas les autres parce qu'ils étaient détestable et non pas parce qu'il n'aimait personne. Pourtant il n'arrive jamais à comprendre pourquoi il fuit les autres, pourquoi ne pas simplement leur parler sans les cogner à la fin, pourquoi ne pas créer des amitiés pour avoir une vie social.
Ses mots dans sa tête sonnèrent comme une mauvaise blague, il était un solitaire, il aimait la solitude, pourquoi se créer des problèmes en ayant des amis, en ayant des relations amoureuses.

Il préférait vivre au jour le jour, décider de qui est bien et qui ne l'est pas et surtout qui sera utile et qui ne le sera pas. La solitude est une faiblesse mais elle est aussi un force. On ne parle pas, on ne se crée pas de problèmes. Tel était sa façon de penser. Vivre le moment présent, laisser ceux du passé et ne pas s'imaginer le futur. On pourrait croire que c'est une triste vie que de parler comme ça et pourtant c'est probablement l'une des meilleurs. Ne rendre des comptes à personne, faire ce qu'il nous plaît quand il nous plaira.

Il finit sa pseudo réflexion sur comment vivre sa solitude, peut être qu'un jour il écrira un livre ou fera écrire un livre sur la solitude et ses biens fait et ceux même si avoir un peu de compagnie de temps à autre est nécessaire pour garder un bon équilibre mentale et ne pas vivre reclus comme une bête.

La demoiselle aux yeux bleus, répondit à sa deuxième question, un bungalow pour deux, un père qui ne fait pas beaucoup d'enfant un autre qui en a que deux, le paradis en soit. Que de bonheur cela serait de vivre avec seulement une personne, voir seul, un plaisir qu'il aimerait un jour s'offrir, vivre une vie normale à Londres ou Paris mais encore Tokyo, une vie ou la mythologie ne serait pas présente au quotidien, ou il n'aurait pas de boulets avec lui.

Enfin sortir d'une vie merdique et passer à une vie de découverte et d'exploration. Une aventure autour du monde explorant les contrés reculé des plaines himalayennes, vivre dans de petits villages tibétains passant par les plaines arides du Sahara, visitant les forêts tropicales des caraïbes et explorer les temples Mayas et Incas en Amérique du sud. De si bel chose à faire sans personnes et sans rien vivant de la générosité des gens.  

Il venait en quelque sorte de s'emporter légèrement dans un futur paradisiaque qu'il en oublia presque qu'il avait Euphoria en face de lui fumant toujours sa cigarette allumée avec son briquet. Il ne releva même pas le sourire sarcastique de la demoiselle ainsi que sa pique sur le narcissisme, il ne voyait pas vraiment ce qu'elle voulait dire, il ne se regardait pas sans arrêt dans un miroir, ne s'aimait pas comme les autres Aphrodites ou même Apollon s'aimaient. En une remarque qui n'avait pas lieu d'être et qui dans un discours qui pourtant commençait bien. Il était enfant d'Aphrodite, limite on pourrait marqué au marqueur sur son front ''Allez-y venait me démolir parce que je suis le fils d'une Nymphomane, narcissique et ridicule''

Il écrasa sa cigarette sur le sol, pris une bonne inspiration d'un air frais malgré la circulation. Bientôt il allait devoir rentrer dans une atmosphère oppressante mais comme il disait profitions du moment présent et rien d'autre. Il profita de ce moment pour ajouter à l'intention de la jeune demi-déesse :

-Je vais faire style que je n'ai pas remarqué ta pique et ton sourire sarcastique pour te demander, Quelles genre d'affaires tu traites à New-York à ton âge, quand tu as prononcé ses mots tout à l'heure cela voulait dire que tu cachais quelque chose ce qui paraît normal vu qu'on ne se connaît pas vraiment mais tu m'as piqué au vif et vue que j'aime les mystères et bien pourquoi pas commencer à faire connaissance en me disant ce que tu vas faire après te séparer de moi et de la brune.

Peut-être était-il trop enjoué et qu'elle n'avait rien à caché, en tout cas il avait son air mesquin, fourbe et enjôleur que personne ne pouvait remarquer excepté ses frères et sœurs, par chance aucun d'eux n'étaient là.


.

Probablement la pire de mes réponses ♥

© Great Thief


I'm not in love
And we were lovers, now we can't be friends. Fascination ends, here we go again. Cause it's cold outside, when you coming home. Cause it's hot inside, isn't that enough.
 
Voir le profil de l'utilisateur
Alexia Fernandès
avatar
« Grecque »
Messages : 3526
Humeur : D'enfers.

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Dim 23 Mar - 0:19

New-York City, the place where your dreams come true.

A la minute même où le fantôme prononça son nom, Alexia sut qu’elle était fichue. Parfois, il y avait son alarme interne qui sonnait à mort quand un danger était proche d’elle. Mais là, c’était encore pire et totalement différent. C’est son corps entier qui lui criait tellement fort de s’en fuir et d’aller se cacher dans un trou de sourie qu’elle en avait presque l’impression qu’elle allait entièrement explosé sous la pression. Elle était fille d’Hadès, les fantômes, elle connaissait plus que par cœur, mais ce fantôme là… Quelque chose la terrifiait totalement chez lui. Comme si quelque chose lui manquait. Quelque chose qu’il aurait du avoir de son vivant mais qu’il n’a jamais eu.  Quand elle comprit enfin ce qui la dérangeait chez lui, Alexia eut la très nette impression de passer sous une douche froide. Ce fantôme était maudit. Depuis qu’elle avait apprit l’identité divine de son père, et même avant mais elle ne le savait pas encore, Alexia avait eut affaire à pleins de fantômes. Elle avait apprit qu’il en existait des tonnes et que tous étaient différents. Certains étaient bons, d’autres étaient – hum… – perdu et d’autres encore pouvaient même être hostiles. Mais ceux qu’Alexia détestait par dessus tout, c’était les maudits.A chaque fois que l’un d’eux croisait la route de la demi-déesse, il l’a suppliait des heures durant de l’aider à être « réhabilité ». Et quand ce n’était pas le cas, leurs apparitions n’étaient guerre bon présage.  

En discutant avec le fantôme, Alexia apprit qu’il s’appelait Eros. Ces parents l’avaient appelé ainsi en hommage au dieu de l’amour. La fille d’Hadès en réprima un haut le cœur. Encore cette histoire de dieu de l’amour, décidément, elle la suivait vraiment partout. La jeune fille pesta en grec ancien et continua d’écouter l’histoire du fantôme. A chaque geste qu’elle faisait, celui-ci l’a craignait un peu plus. C’est vrai que l’enfant du seigneur du royaume des morts aurait pu l’y renvoyer en un coup de poignard, mais elle ne l’aurait surement pas fait avant d’attendre les derniers mots qu’il avait à prononcer. Petit à petit, Alexia comprit pourquoi ce fantôme était venu à Loïc. Il ne voulait pas qu’on le libère de sa punition, il l’assumait pleinement. A vrai dire, il en était même fier. Eros – le fantôme, hein, pas le dieu – avait expliqué à Alexia qu’il n’avait pas été maudit par un dieu mais par un Titan. Un jour, il avait aidé à contre carrer les plans d’un d’entre eux, et celui-ci, dans son dernier instant, l’avait maudit. Le lourd fardeau que le fantôme portait était donc un peu comme une médaille, pour lui. Alexia en eut même un sourire. Elle était la première à savoir ce que pouvait être le sacrifice au nom des dieux et à savoir à quel point la perte et la punition pouvait être grande. Mais elle était également la première à savoir à quel point c’était quelque chose de complètement dingue et d’énorme de pouvoir dire : « Je l’ai fais ! J’ai  aidé à sauver le monde ! C’est aussi grâce à moi ! ».

Mais Alexia déchanta vite. Le petit sourire qui s’était affiché sur ses lèvres s’effaça très vite. Quand le fantôme lui dit enfin la véritable raison de sa venue. Fidèle aux dieux, et fidèle à Hadès, il avait fait un rapport à la fille de ce dernier qui lui provoqua instantanément le retour de cette sensation d’explosion interne. Tous ses sens étaient en état d’alerte maximum.

« _ Tu es vraiment sur de ce que tu es entrain de me dire ? Tu sais à quel point c’est grave ce que tu me reportes. »

Bien sur qu’il en était sur ! Quelle question idiote ! Pourtant, au fond d’elle, Alexia avait fait nourrir l’espoir, même si il ne dura que quelques secondes, qu’il se trompait et qu’elle aurait la belle vie encore quelques heures. Après tout, elle s’était tellement battue au nom de son père qu’elle aurait cru qu’il serait un peu clément avec elle et qu’il lui laisserait une petite semaine de vacance. Alexia avait même imaginé pouvoir passer quelques moments avec sa sœur, et pourquoi pas son petit ami ?

Mais ça, Alexia savait qu’elle ne le vivrait que dans ses plus beaux rêves et ses plus grands espoirs.  Elle n’aura jamais de repos. Peut importe le nombre de monstres, de géants, de titans et d’autres bestioles qu’elle tuerait, ils finiraient toujours par revenir à la vie et il faudra toujours qu’elle les tue à nouveau. Quand la panique quitta Alexia, elle attrapa rapidement sa veste, les quelques affaires qu’Euphoria et Loïc avait laissé sur la table et partit en courant à l’extérieure de la boutique, sans même finir son chocolat chaud. Une fois les portes franchissent, ni une, ni deux, elle balança les affaires qu’elle venait de ramasser à leurs propriétaires.

« _ Faut qu’on bouge ! Toute suite, maintenant, dans la seconde ! Ce que mon pote Eros vient de me dire… Il n’est pas venu pour rien, faut vraiment qu’on bouge ! Sinon, on risque de bouffer du taureau et d’autres bestioles pas très appréciables… »

Alexia eut à peine le temps de finir sa phrase qu’elle entendit le premier meuglement. C’était déjà trop tard. Ils étaient bêtement tombés dans un piège. Alexia, finalement, n’était peut-être pas si parano que ça…
made by Jacage.



Hors RPG.
J'aime vraiment pas cette réponse, si elle ne vous va pas, je vais la réécrire.



 
Voir le profil de l'utilisateur
Euphoria D. Blackwood
avatar
« Grecque »
Messages : 129
Humeur : I'm sure you don't want to know.

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Dim 23 Mar - 21:28


There is something in the New York air that makes sleep useless.
Anybodyyyyy ♪

Alors que le jour déclinait lentement, la jeune fille se tenait toujours devant le Coffee Shop en plein milieu de New-York. Avec Loïc, un fils d'Aphrodite pas vraiment comme les autres. Tous les deux étaient en train de se bousiller volontairement les poumons tout en échangeant quelques paroles, toujours pas très en confiance l'un avec l'autre. Mais le demi-dieu était curieux. Un peu trop même quand il lui demanda ce qu'elle était vraiment venue faire à New-York. Mais, quelque chose l'empêchait de ne pas lui répondre et elle n'arrivait pas à savoir quoi. Quelque chose la gênait dans son regard, sur son visage. Mais quoi ? Autant est-il qu'elle n'allait quand même pas tout lui dire. Enfin, elle allait essayer.

-La curiosité te tuera tu sais ? Pour résumer, je suis venue chercher des infos sur des mercenaires et des mafieux auprès d'un de mes contacts. Parce que bon, même si la plupart des demi-dieux ne doivent s'occuper que des monstres qui leur courent après, d'autres doivent s'occuper de problèmes plus...complexes.

Mais qu'est-ce qu'elle était en train de lui dire ? "Alors ouais, en fait, ma mère était chef de la famille mafieuse la plus puissante des Etats-Unis et depuis que je l'ai tuée par inadvertance, ben, j'ai la moitié de ses sbires et des mercenaires qu'ils ont embauché qui sont à ma recherche." Elle secoua brièvement la tête. Que lui avait-il fait pour qu'elle lui dise tout ça ? Elle lui jeta un regard soupçonneux, un sourcil levé. Après tout, savoir ça ne pouvait lui être d'aucune utilité bien au contraire.

Alors qu'elle finissait sa cigarette, l'écrasait sous son talon et s'apprêtait à en prendre une autre lorsqu'Alexia sortie en trombe du Coffee Shop leur balançant leurs affaires restées à l'intérieur. Elle ramassa son poignard et sa veste et les remis en place. D'après la brune, il allait y avoir du grabuge. Genre, un taureau. La fille de Thanatos se tourna vers le fils d'Aphrodite. Il n'avait pas d'arme. Heureusement pour lui, Euphoria ne sortait pas sans un assez grand nombre d'armes. Peut-être un trop grand nombre. Parfois, elle en avait même plus que les Arès ce qui faisait que ceux-ci la respectait. En tous cas, ici, cela éviterait dans le cas présent, d'avoir un boulet à se traîner. Enfin elle l'espérait.

-J'espère que tu sais manier l'épée.

Sur ces mots, elle lui balança son "épée de secours" comme elle l'appelait souvent. Elle attrapa son collier et celui-ci se transforma automatiquement en sa longue épée de fer stygien, σκιά. Elle entendit un bruit bestial et se retourna pour voir un monstre arriver. Génial. Le petit fantôme était certainement venu pour les prévenir. Un peu tard d'ailleurs. Parfois, les fantômes n'étaient pas plus utiles que les Hommes. Elle soupira et regarda Alexia.

-T'as un plan ?

Vu l'attitude de la foule autour d'eux, l'image que la brume leur véhiculait ne devait pas être plus agréable que la vérité. Au moins, ils seraient plus à l'aise si jamais la bête arrivait jusque à eux. Il y aurait peut-être moins de dommages collatéraux. Manquerait plus que les mercenaires se pointent. Quoi que, Euphoria pourrait faire d'une pierre deux coups. Elle leva son épée pour se mettre en garde, attendant la bestiole. Fuir ne lui semblait pas une possibilité. En fine tacticienne qu'elle était, école militaire oblige, elle observa toutes les possibilités qui étaient, malgré la surface de la place où se trouvait le Coffee Shop, minces. Combattre ou mourir à vrai dire, vu les monstres qui arrivaient en face. Ça allait saigner.

© EKKINOX



Euphoria D. Blackwood
We are not scared of falling. We are scared to hit the ground.© Joy
 
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc D. Howell
avatar
« Grec »
Messages : 76

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Dim 23 Mar - 22:31


New-York, New-York ! ∞ People who want !




La curiosité est un défaut ainsi qu'une qualité, sans curiosité nous n'aurions qu'une vie sans grande importance qui ne vaut pas d'être vécu car on ne veut pas découvrir, on ne veut pas s'ouvrir au monde qui nous entoure et découvrir ses mystères les plus profond. Cependant il est vraie que la curiosité peut être mal, dangereuse même, par exemple la mafia, trop curieux il te zigouille sans raison mais Loïc n'avait rien à perdre et la mort ne lui faisait pas vraiment peur. Donc qu'ils viennent tous lui dire que la curiosité peut le tuer, il les rembarrera comme à chaque fois.

Loïc savait maintenant qu'elle avait quelque chose de très intéressant à cacher, quelque chose qu'il pourra un jour découvrir en la suivant lorsqu'elle sortira de nouveau du camp, de toute façon il n'avait pas grand chose à faire à la colonie car à chaque pas qu'il faisait il y avait un de ses demi-dieux cupides et sans grand intérêt. Au moins ça mettra un peu de piquant dans sa vie terne et fade.

Durant quelque instant il l'avait ''perdu'', elle avait comme l'esprit ailleurs, cherchant quelque chose, une pensée, un souvenir, personne sauf elle ne le saura. Loïc après cet échange avait de nouveau envie de fumer, c'est d'ailleurs la première fois que coup sur coup il a le désir d'une autre cigarette. Probablement à cause de l'atmosphère qui régnait en ce moment présent. En parlant du moment présent le jour semblait prendre fin, bientôt il devrait rentrer, ou alors sortir en boite, plusieurs option encore se présentaient à lui mais que choisir ? La sagesse ou la folie ? Bien sur qu'il n'y avait pas de choix et qu'il devrait sortir. Peut être leur proposera-t-il même si l'une d'elle n'a même pas 16 ans malgré le faite qu'elle en fasse plus.

D'ailleurs cette dernière sortie en trombe du Coffe Shop nos affaires en mains, elle lui jeta son manteau en pleine figure d'ailleurs, tant pis pour la clope il s'en passera encore quelques minutes. En suivant la brune raconta une histoire farfelue comme quoi on allait être attaqué et que c'était pour cela que le fantôme était venue, Loïc ne la pensait pas vraiment crédible au départ, un monstre en plein New-York en pleine heure de pointe, faudrait vraiment être folle pour croire ça surtout venant d'un fantôme mais après, lui n'avait jamais eux affaire avec un mort donc il ne se prononça pas.

Son inquiétude grandis quand des bruits bestiales arrivèrent à son oreille, il n'avait pas d'armes, il était clairement à la rue, il n'avait pas eux l'intuition de prendre une arme en même temps il ne s'attendait pas à se faire attaquer en pleine rue. Pourtant il aurait du s'en douter, trois demi-dieux, l'une avec un aura bien plus fort que la normale, cette attaque était même inévitable en soit. Euphoria lui jeta une arme, il faisait pitié à voir sans armes c'était probablement ce qu'elle a du penser en lui jetant une épée seule arme qu'il sait d'ailleurs manier après ses nombreux jours d’entraînement. Quelque chose fit trembler le sol, la chose approchait, rien qu'en voyant les mortelles courir fuyant la bête.

Bonjour la journée qui devait normalement être tranquille, il aurait pas pu faire pire, vraiment. Il entendit la blonde demandait à Alexia si elle avait un plan, il répondit d'ailleurs à sa place :

-Clairement un plan ne servirait vraiment pas à grand chose y a deux choix qui s'offre à toi courir ou l'affronter. Et à vraie dire j'ai une réputation à tenir donc je vais pas m'enfuir devant ''Godzilla''.

Ce qui prenait les traits d'un taureau immense dévasté tout sur son passage, la brume le cachée des êtres humains par autre chose, probablement un camion énorme ou autre chose qui semblait à peu près crédible. En tout cas grâce à la peur des mortelles ils allaient se fondre dans le décor avec leur arme datant de la Grèce antique. Il se plaça à coté de la blonde qui c'était mise déjà en joue prête à affronter l'homme-bête. Il rajouta d'un ton sarcastique :

- Je m'en souviendrais de cette journée à New-York !














.

J'ai HONTE de vous offrir un tel désastre Very Happy

©️ Great Thief


I'm not in love
And we were lovers, now we can't be friends. Fascination ends, here we go again. Cause it's cold outside, when you coming home. Cause it's hot inside, isn't that enough.
 
Voir le profil de l'utilisateur
Alexia Fernandès
avatar
« Grecque »
Messages : 3526
Humeur : D'enfers.

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Ven 28 Mar - 16:36

New-York City, the place where your dreams come true.

A la seconde même où elle sortit en trombe du café, Alexia avait déjà tout un plan de prévu dans son esprit. Certes, elle n’était pas fille d’Athéna, mais, la demoiselle des enfers avait tellement fréquenter le camp romain et Octavian, qu’elle n’avait plus rien à leurs envier niveaux stratégies de guerre. D’ailleurs, à force de squatter avec l’augure, Alexia a même finit par apprendre à se battre à la « romaine ». Autrement dit, elle était une fille d’Hadès, mais ce dernier n’avait absolument rien à envier à Mars ou Arès : Alexia était devenue une vrai machine de guerre et quand il fallait passer à l’attaque… Et bien elle n’hésitait même pas l’ombre d’un instant pour se jeter dans l’arène.Et bien elle n’hésitait même pas l’ombre d’un instant pour se jeter dans l’arène. Autrement dit, quand le taureau complètement fou commença à descendre dans la rue, et qu’Euphoria lui demanda si elle avait un plan, oui, elle en avait un. Malheureusement, Loïc se sentit obliger de répondre à sa place. Alors, la princesse du royaume des morts regarda tout simplement son amie au moins aussi infernal qu’elle et lui sourit l’air de dire : « Tu sais pas encore à quoi je pense, mais quand tu auras comprit tu verras, tu auras envie de t’enfuir très loin. ». Et elle disparut. Faculté spéciale enfant d’Hadès, parfois, Alexia arrivait à devenir l’ombre. Et alors qu’elle ne faisait plus qu’un avec elle, la demi-déesse disparaissait tout simplement de la vision des autres. Euphoria était à quelque centimètre sur sa gauche, et Loïc un peu plus à sa droite. Alexia n’avait que quelques instant avant que son tour de passe-passe ne la révèle à nouveau au monde entier. Alors, elle attendit simplement que le taureau se rapproche d’assez près pour faire une diversion et laisser les autres l’attaquer. Ni avant, ni après sa mort, Alexia fut un jour douée en mathématique, pourtant, elle calcula son coup à la seconde près et réussit à attirer toute l’attention de la bête sur elle. « _ Les gens ? Ca serait cool que vous me filiez un coup de main là. Parce que vous voyez, la grosse bêbête, elle a pas l’air super okey pour taper la conversation et je crois qu’elle a prévu de me dévorer. Alors du coup… Vous voulez bien m’aider un peu ? Ca serait vraiment cool. » Ce coup là, Alexia a bien du le faire un million de fois, et elle était quasiment sur qu’Euphoria avait du la voir faire au moins un autre million de fois. Elle en était même étonnée que les monstres ne retiennent pas là leçon. Mais que voulez vous ? Un monstre, ça reste un monstre, c’est pas très intelligent et ça veut surtout tuer et manger des demi-dieux. Ca ne pense pas, mais vraiment pas à une stratégie de guerre particulière ou une méthode de combat qui lui éviterait de mourir dans d’atroce souffrance. Du moins, pas ce genre de monstre là. Il y en avait bien des plus intelligents – ça serait trop facile, sinon – et ceux là était vraiment redoutable. Un sourire au coin, Alexia pensait déjà en avoir finit avec le taureau quand elle vit le reste des autres bêbêtes qui arrivaient droit sur eux, et New-York avec. « _ Euh les gars ? On ne peut pas juste s’enfuir et laisser le taureau et ses copains tuer tout le monde et tout saccager ? Parce que franchement, je me sens pas d’affronter le reste de toutes les bêbêtes qui vont nous tomber dessus… Faut croire qu’il s’est vite fait des potes, notre ami bovin… Et… Bon d’accord ! Pas besoin de me regarder comme ça, on va tuer les méchants… Mais après, on peut au moins se casser un peu plus loin et faire les boutiques ? Je vais encore ressembler à rien à cause d’eux…» Les autres bêbêtes étaient beaucoup plus intelligentes. Mais Alexia ne prit pas le temps de s’intéresser à ce que c’était, ni à quoi ça ressemblait. Il devait facile en avoir une vingtaine, une trentaine, et eux, combien ils étaient ? Trois. L’un de ses deux amis – ou peut-être les deux ensembles, qui sait ? – finit par faire tomber en poussière le premier assaillant, à savoir, le taureau fou.  Un de moins ! Tant mieux, il n’en restait plus qu’une trentaine. Qu’est-ce que c’était au juste que c’est truc là ? Des empousai ? Des Telchines ? Peut-être qu’il valait mieux ne pas savoir dans le fond. Savoir, c’est leur donner de l’importance, leur donner de l’importance, c’est risquer sa vie pour rien. Alors, pour essayer de les troubler, elle laissait ses compagnons du jour se battre à la « grecque » et combattait, elle,  à la « romaine. »
made by Jacage.



Hors RPG.
Essayez de faire plus classe que moi Cool. Nan sérieux, c'est nul, mais je m'en moque, vous vouliez du sang, voilà, je vous en donne Cool.



 
Voir le profil de l'utilisateur
Euphoria D. Blackwood
avatar
« Grecque »
Messages : 129
Humeur : I'm sure you don't want to know.

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Dim 30 Mar - 19:45


There is something in the New York air that makes sleep useless.
Anybodyyyyy ♪

La situation s'annonçait plutôt mauvaise. Mais après tout, ils étaient prêts à toute éventualité grâce à leur entraînement. Enfin, Euphoria l'était et elle savait qu'Alexia aussi. Par contre, elle ne savait pas si l'Aphrodite tenait la route niveau combat. Elle l'espérait pour lui car elle n'aurait pas le temps d'aller l'aider. Il fit d'ailleurs une petite remarque sarcastique et Alexia lui lança un regard noir comme la nuit. La connaissant, la fille de Thanatos savait que l'Aphrodite aurait mieux fait de se taire. Mais bon, pour se souvenir de cette journée, il allait d'abord falloir qu'il survive.

-Si tu veux t'en rappeler, tu ferais mieux de bien regarder autour de toi.

Sur ces mots elle tua un monstre arrivé dans le dos de Loïc près à déguster son repas. Celui-ci se désintégra en poussière avant de disparaître complètement. Et un de moins. Pendant ce temps, elle voyait Alexia en train de combattre le taureau. Elle se débrouillait de mieux en mieux mais quelque chose dans sa façon de combattre lui rappelait Octavian le jeune augure du Camp Jupiter. Elle ne savait toujours pas quoi penser de lui d'ailleurs mais elle savait qu'Alexia était proche de lui. Mais pas Reyna. D'après ce que celle qu'elle pouvait qualifier de meilleure amie lui avait dit, Octavian était un peu trop rusé et ambitieux à son goût. Pourtant, il montrait un tout autre visage à Euphoria. Elle n'arrivait pas encore à le cerner mais ce n'était pas vraiment le moment indiqué pour réfléchir sur l'augure. Ni même sur la façon de combattre d'Alexia.

D'ailleurs, celle-ci demandait de l'aide pour achever le taureau. Euphoria, sans même regarder l'Aphrodite pour de l'aide, se lança sur la bête obnubilée par Alexia et l'acheva d'un coup d'épée. Simple et rapide. Du bon boulot quoi. Cependant, le taureau n'était pas seul et tout une batterie de monstres. Bien chargée en plus la batterie. Alexia avait l'air de ne pas trop vouloir s'attarder.

- Euh les gars ? On ne peut pas juste s’enfuir et laisser le taureau et ses copains tuer tout le monde et tout saccager ? Parce que franchement, je me sens pas d’affronter le reste de toutes les bêbêtes qui vont nous tomber dessus… Faut croire qu’il s’est vite fait des potes, notre ami bovin… Et… Bon d’accord ! Pas besoin de me regarder comme ça, on va tuer les méchants… Mais après, on peut au moins se casser un peu plus loin et faire les boutiques ? Je vais encore ressembler à rien à cause d’eux…

Alexia n'avait pas tort. Mais ils n'allaient pas pouvoir partir avant d'en avoir fini avec tous les monstres. Enfin, ils pouvaient essayer, mais la "trace" qu'Alexia laissait derrière elle était trop importante pour que ces monstres, aussi bêtes soient-ils, ne puissent la suivre. En plus, dire qu'elle ne ressemblerai plus à rien ne ressemblait pas trop à Alexia. Euphoria leva un sourcil et secoua la tête.

-Tu penses pas qu'il y a plus important là, tout de suite ? Parce que bon, si tu finis dans son ventre, je pense pas que ton allure aura encore beaucoup d'importance. En attendant, je propose qu'Alexia tu prennes à droite et Loïc à gauche. Mais bon, après, si vous voulez vous faire bouffer ou partir, c'est votre choix.

Sur ces mots, Euphoria avança vers la rangée de monstres et embrocha une empousai d'un coup d'épée, sans même regarder si les autres allaient suivre. Après tout, ils pouvaient décider de partir s'ils le voulaient, mais Euphoria ne bougerait pas avant d'en avoir fini avec eux.

© EKKINOX



Euphoria D. Blackwood
We are not scared of falling. We are scared to hit the ground.© Joy
 
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc D. Howell
avatar
« Grec »
Messages : 76

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Sam 5 Avr - 21:15


New-York, New-York ! ∞ People who want !



Euphoria s'adressa de nouveau à lui tendis qu'Alexia se préparait en quelque sorte à contre attaquer ou attaquer les monstres qui prenaient leur direction. Encore et toujours des problèmes, à croire que les enfants des dieux ne pouvaient avoir la paix durant une journée voir même une heure, quand c'était pas les autres gosses c'était les monstres quand c'était pas les monstres c'était les quêtes et le coup de grâce c'était les guerres, on peut dire que c'était le pompon sur la Garonne .

Loïc ignora la réplique acerbe de sa camarde de combat qui lui sauva la vie ainsi que celle de la fille d'Hadès en tuant le premier de la dizaine de monstres venant vers eux, on pouvoir les voitures voltigé tel des oiseaux dans le ciel, par chance les humains peureux comme pas deux ont fuis, une chance car sinon ils auraient eux une tâche en plus soit sauver les humains.

Loïc se surpris à admirer le ballet de voitures qui se produisait sous ses yeux, une rouge par si une noir par là, un taxi contre une voiture de flic et un vacarme assourdissant, à la beauté bestiale, c'était tellement beau et sauvage.

Alexia pris la parole de nouveaux proposant de s'enfuir comme des lâches et allait faire les boutiques laissant les êtres humains sans défense, en soit ce n'était pas une mauvaise idée, une centaine d'Hommes en moins ne changerait pas grand chose, mais sa raison repris le dessus et surtout les paroles d'Euphoria reprirent le dessus sur sa lâcheté folle.
Non il n'était pas lâche juste marre de cette vie sans répits à abattre des monstres sans pouvoir vraiment se poser et discuter calmement avec des demi-dieux qu'il apprécie oui car parler à la colonie c'était plutôt rasoir.

Enfin bref, une lassitude s'installait dans son quotidien sans que personne ne puisse y faire grand chose, on choisit pas sa famille. Mais vraiment aucun d'eux ne pouvait faire ce que les personnes de leur âges faisaient soit sortir avec des amis, sortir en boite, aller en cours, sécher les cours, participer à des associations ect... Nan eux ils avaient le droit à la colonie, au combat contre des monstres qui pèsent parfois deux tonnes, des remontrances car on tient pas son épée et d'autre bordel qui font chier plutôt qu'autre chose. Vraiment une vie de merde jusqu'au bout.

Loïc se plaça à gauche comme la jolie blonde lui avait conseillé, c'était vraiment rare qu'on lui donne des ordres encore plus quand c'est une demoiselle qui les donnes, donc il ne put les refuser. Il allait chargé ouai il allait chargé, qui arriveraient en premier, on s'en fou. Le jeune Aphrodite vie une panneau de signalisations lui arrivait en pleine figure, avant le choc il n'eut qu'une réactions :

-Et merde, un bruit violent s'en suivit, sa tête heurta violemment le bitume, son nez commençait à saigner son front était ensanglanté, il crut sentir une dent se briser par le choque, le point positif c' était que malgré la violente douleur qu'il éprouvait il trouva le courage de se relever un peu sonner tout de même. Des étoiles tournaient autour de sa tête, il les compta :

-Une pitite étoile, deux pitites étoiles, quatre pitites étoiles, cinq pitites étoiles. Après cette égarement étoilés il regarda autour de lui et pensa voir un enfant sagement assis sur le muret du café. Il prit sa direction oubliant qu'un combat se déroulerait dans moins d'une seconde. Il regarda l'enfant et lui dit :

-Comme tu es mignon toi, tu sais que tu devrais pas être là ? Tu sais que tu devrais partir car y a des gros méchants pas beaux qui arrivent pour te manger.

Il prit ce qu'il pensait être une gosse par la main qui n'était qu'une branche de cactus, il serra fort avant de pousser un hurlement. C'était au tour de sa main de saigner.

Ce second choque le fit revenir à lui, il espérait que les demoiselles n'aient pas vue cette catastrophe, il savait qu'il se ferait charrié pendant longtemps pour cette crise de démences, mais en même temps quand tu te prend un panneau stop en pleine face tu n'es plus normal. Enfin bref. Il reprit position, tout en évitant du regard Euphoria et Alexia.

-Vous n'avez rien vue rien entendu ! Restons concentré sur les gentilles bestioles qui se dirigent vers nous... Il n'eut le temps de fermer sa bouche que l'attaque commençait, il se plongea dans la foule de monstres et commença peut être les dernières minutes de sa vie.


.

J'ai HONTE de vous offrir un tel désastre Very Happy

©️ Great Thief


I'm not in love
And we were lovers, now we can't be friends. Fascination ends, here we go again. Cause it's cold outside, when you coming home. Cause it's hot inside, isn't that enough.
 
Voir le profil de l'utilisateur
Alexia Fernandès
avatar
« Grecque »
Messages : 3526
Humeur : D'enfers.

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   Ven 11 Avr - 20:19


550 de large
New-York, New-York !
New-York City, the place where your dreams come true.
Avant même que tout tourne à la catastrophe pour Alexia, elle était pas mal dans la mouise. Il faut dire que, même si elle avait beau être excellente au combat et avoir un très bon prof, elle n’avait pas du tout l’esprit d’équipe. Se battre toute seule, ça, elle savait faire, mais, ce battre avec d’autre personne… La demi-déesse n’était pas contre le travaille d’équipe, il lui arrivait de se battre avec d’autres pensionnaires ou des légionnaires, mais le problème, c’est qu’elle avait beaucoup de mal à obéir. Les ordres, c’est elle qui les donnait, personne d’autre. Heureusement, là, c’était totalement différent. Alexia avait beau adoré prendre les dessus et ne jamais se laisser dicter sa conduite, quand elle était avec Euphoria, c’était totalement autre chose. Peut-être était-ce du au faite qu’elle l’a considérait comme une sœur ? Toujours est-il qu’à peine Euphoria lui d’aller à droite, qu’elle y était.

«_ Tu crois que… Il y en a vraiment beaucoup, tu proposes quoi ?  »

Et c’est à peut-près là que tout à dérailler. Alexia commença à pourfendre plusieurs monstres sans aucun problème. Suivant l’instruction de l’Augure romain, elle n’avait aucun mal à porter des coups fatals. Fatal, c’est le mot exact pour décrire l’erreur qu’elle a commise. C’est aussi le mot exact pour décrire ce qu’elle pensait du travail d’équipe. Alors que la fille du dieu des morts se battait en y mettant toute son âme et toute sa volonté, Alexia se laissa déconcentrer comme une débutant par le comportement extravagant de Loïc. Son côté Aphrodite qui ressort ? Surement. Ou peut-être était-ce du à ce qu’il venait de recevoir dans la tête. D’ailleurs, c’était quoi ? Un frisbee? Un bouclier ? Non, c’était beaucoup plus énorme comme… Un panneau ? Wow ! C’est que les vilaines bêbêtes ne blaguaient pas. Toujours est-il que Loïc était entrain de faire le pitre.

«_ Loïc…?  »

C’est précisément au moment où l’esprit d’équipe se fit enfin sentir au fin fond de la jeune femme que les choses ont viré à la catastrophe. Quand la fille des Enfers a vu que son coéquipier du jour était en difficulté, elle s’est laissé distraire une demi seconde de trop. Sur sa droite, une bestiole bien courageuse vint jusqu’à elle, et, par miracle, bénit soit Octavian pour l’avoir tant attaquer par surprise à coup de peluche et l’avoir tant harceler avec sa paranoïa pour qu’elle ne baisse jamais – totalement – sa garde, Alexia eut juste assez de temps pour que la blessure que la méchante chose lui fit ne soit pas mortelle.

«_ Aïe…  »

Le sang coulait le long de sa plaie. Qu’elle idiote ! Penser aux autres ne l’avait jamais, jamais, ô grand jamais aider. Voilà maintenant qu’elle avait réussit à se faire blesser. Pas assez pour arrêter son combat, surement pas assez pour en mourir, mais grand dieu que ça pouvait faire mal ! Et bien bravo à la petite Alexia, à force de trop vouloir être gentille, c’est elle qui se fait avoir.Alors, n’ayant pas le choix, elle a bien été forcée de continuer à se battre. Si elle se serait arrêtée, elle aurait surement été tuée dans les deux minutes qui suivaient.

«_ Euphoria… J’ai un… Problème.  »


100x100

Ft.

Euphoria D. Blackwood, Loïc D. Howell, Alexia Fernandès.
100x100

Our Story.

Rencontre hasardeuse dans les rues de NYC.
100x100

And...

J'ai changé de fiche RP **. Puis pardon, j'étais pas franchement motivée.

©️ Narja - Never-Utopia



 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: New-York, New-York ! ∞ People who want !   

 

 

New-York, New-York ! ∞ People who want !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Amériques :: Amérique du nord :: NYC-
© CRFPH ( Communauté Rpg des Fans de Percy jackson et Harry potter). Tous droits réservés. - Production 2011-2014.